AS Saint Barnabé : site officiel du club de foot de ST BARNABE - footeo

Chronique tactique

24 octobre 2015 - 13:35

Je vous propose de lire un article écrit par Florent TONIUTTI,

Retrouver toutes ses analyses sur son site internet: http://www.chroniquestactiques.fr/

Paris SG 0-0 Real Madrid, l’analyse tactique

Confrontation au sommet du groupe A de Ligue des Champions, le match aller entre le PSG et le Real Madrid s’est soldé sur un score nul et vierge. C’est le premier 0-0 en Coupe d’Europe au Parc des Princes depuis le changement de propriétaire en 2011. Pourtant mieux armés que les Madrilènes, qui faisaient face à plusieurs absences, les Parisiens s’en sortent très bien avec ce point.

Les compositions :

C’est déjà une habitude en Ligue des Champions après seulement 3 matchs : aucune surprise à signaler côté parisien dans le onze de départ. Le forfait de David Luiz propulse Marquinhos en défense centrale aux côtés de Thiago Silva. A part ça, rien ne bouge. L’équipe-type est connue depuis longtemps maintenant et la hiérarchie semble impossible à bousculer. Côté madrilène, Benitez doit faire sans James, Bale, Benzema et finalement Modric, de retour de blessure mais laissé sur le banc. Casemiro débute aux côtés de Kroos dans l’entrejeu, tandis que les jeunes Lucas Vasquez et Jesé accompagnent Isco et Ronaldo aux avants-postes.

PSG vs Real Madrid - Football tactics and formations

Motta et Verratti asphyxiés : 

Rafa Benitez le savait bien avant le match après les blessures contractées par les deux membres de la BBC (Bale, Benzema) lors de la trêve internationale : en terme de qualité pure et d’individualités, son équipe ne se présentait pas au Parc dans les meilleures conditions. La préparation tactique de la rencontre était dès lors capitale pour équilibrer l’opposition. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’au vu de sa prestation collective, le Real Madrid a pris le temps d’étudier son adversaire avec minutie.

Premier élément-clé lorsqu’une équipe croise la route du triple champion de France : décider de la hauteur de son bloc et du comportement face à la paire Motta-Verratti, garante de la possession parisienne. Certaines équipes décident d’aller les chercher très haut, prenant le risque d’être éliminées. D’autres préfèrent leur laisser de la liberté pour redoubler les passes en se concentrant sur la défense de leur propre moitié de terrain.

Dès le coup d’envoi, le Real Madrid adopte une posture « entre-deux » en cherchant à piéger les deux Italiens : les Madrilènes laissent de l’espace au PSG pour effectuer la relance. En revanche, ils connaissent les habitudes de Motta ou Verratti, qui privilégient toujours le jeu court et les redoublements de passes. Lorsque le second reçoit une passe de Motta, les Madrilènes resserrent ainsi l’espace autour de lui : Kroos met la pression sur le porteur, les attaquants accompagnent côté ballon et le reste du bloc se déplace aussi pour contrôler les solutions vers l’avant.

real-enferme1

Le Real Madrid laisse Motta effectuer la relance : Verratti se rend disponible et est servi.

real2

Kroos sort sur l’Italien, Casemiro se déplace côté ballon afin d’anticiper un décrochage d’Ibrahimovic.

real3

Le pressing de Kroos sur Verratti est efficace, les Madrilènes referment le piège avec Isco.

real4

Motta et Verratti se retrouvent en difficulté, coincés entre trois Madrilènes. Casemiro bloque la passe vers Ibrahimovic.

real5

Di Maria décroche mais est suivi par Sergio Ramos qui permet la récupération du ballon.

real6

Une passe de Kroos plus tard, le Real part en contre et crée la première situation dangereuse de la partie.

Les Madrilènes retournent ainsi les habitudes de possession basse du PSG en leur faveur. Normalement, Paris redouble les passes jusqu’à s’ouvrir une brèche dans le bloc adverse et l’exploiter. Cette fois, les redoublements entraînent non pas la création d’espaces mais la réduction de ces derniers grâce au déplacement progressif du bloc madrilène (et à l’excellent travail des joueurs autour du porteur, Kroos en particulier). Petit à petit, le Real étouffe son adversaire et récupère le ballon. Au cours de la 1ère mi-temps, les Parisiens vont perdre 10 fois le ballon dans leur camp.

Une utilisation du ballon sans faille : 

Le Real Madrid ne cherche pas la possession mais il utilise intelligemment le ballon. Le pressing haut parisien ne dure pas longtemps et la qualité des transmissions entre Ramos, Kroos, Varane et Casemiro permet au Real de trouver des solutions pour verticaliser le jeu et trouver les relais d’Isco ou Ronaldo. Des quatre « défensifs » du Real, Varane est le seul à manquer des transmissions dans son propre camp durant le premier acte (au total, le Real ne manque que 5 passes dans sa moitié de terrain pour 2 ballons perdus en 45 minutes de jeu). 

Offensivement, le Real s’appuie sur son côté gauche avec la percussion de Jesé et les montées de Marcelo pour « enfoncer » la défense parisienne. Disponibles en soutien, Isco est là pour ressortir les ballons haut et combiner dans les petits espaces tandis que Kroos se charge de l’exploitation de la largeur grâce à sa large palette de passes (100% de passes réussies à la pause). Bilan, 11 tirs à 3 en leur faveur à la pause, une domination sans partage qui n’a buté que sur Trapp, auteur d’une intervention décisive devant Jesé.

On retrouve aussi l’attention portée à Motta et Verratti sur les séquences hautes dans la moitié de terrain parisienne. A la perte, les Madrilènes maintiennent la pression sur la relance parisienne afin de récupérer le ballon le plus rapidement possible pour jouer les transitions offensives dans la foulée. Premières solutions courtes des défenseurs, Motta et Verratti sont une nouvelle fois disponibles au départ, mais vite pris par le pressing adverse.

real-perte

Lorsqu’ils sont haut dans le camp parisien, les Madrilènes sont réactifs à la perte pour bloquer les transitions parisiennes.

real-motta-verratti

Motta et Verratti restent disponibles, mais les Madrilènes les privent de solutions et resserrent progressivement le pressing sur eux.

fdfsfsd

Les ballons récupérés par le Real Madrid en première et deuxième mi-temps : on voit bien l’efficacité de leur option défensive dans le premier acte. L’équipe a ensuite reculé après la pause, pour des raisons qui seront expliqués un peu plus tard.

verratti1

Verratti est servi, Kroos sort sur lui.

verratti2

A défaut de solutions courtes, l’Italien remet en retrait pour Marquinhos.

verratti3

Kroos poursuit son effort et force la relance de Marquinhos.

verratti4

A la retombée, Marcelo gagne son duel face à Di Maria.

verratti5

Le Real peut ainsi enchaîner par une nouvelle attaque dans les 30 derniers mètres adverses.

La gestion du cas Ibrahimovic

Le plan madrilène sur Motta et Verratti n’est toutefois pas sans faille. Plusieurs fois, grâce à leur qualité technique, les deux Italiens parviennent à déjouer le pressing adverse pour trouver un partenaire intercalé entre les lignes adverses. La plupart du temps, le joueur servi est Zlatan Ibrahimovic qui se retrouve avec le ballon dans les pieds aux abords de la ligne médiane. Mais le Real a aussi bien préparé ces phases de jeu et n’est pas dans l’improvisation : quand le Suédois récupère le ballon dans cette zone, le danger ne vient pas de lui mais des courses autour.

Les défenseurs merengues réagissent en conséquence lorsque le pressing de leurs milieux est effacé. Plutôt que de se jeter à l’abordage sur Ibrahimovic, ils lui laissent de la liberté et se concentrent sur les courses de Matuidi, Cavani ou Di Maria. En gérant efficacement les appels en profondeur de ces derniers (notamment grâce à un alignement parfait : 4 hors-jeux provoqués en première mi-temps), ils stoppent le jeu rapide qui pourrait partir d’Ibrahimovic. Ce contrôle de l’espace leur permet aussi de contrôler le temps, offrant les secondes nécessaires à leurs milieux pour revenir sur les talons du Suédois. Les Madrilènes reforment ensuite leur 4-4-2 et font bloc en phase défensive.

ibra-varane

Le Real est en position haute mais battu par une passe verticale de Motta vers Ibrahimovic.

varane-priorites

Plutôt que de rester au contact du Suédois, Varane lâche le pressing et se concentre sur la course de Matuidi.

psg-ibra

Encore plus évident ici : le PSG vient de déjouer le pressing madrilène pour trouver Ibrahimovic, qui a trois solutions devant lui.

psg-ibra2

Le temps qu’il se retourne, les défenseurs madrilènes ont eu le temps de gérer les courses des Parisiens.

psg-ibra3

Incapable d’aller vite vers l’avant, les Parisiens se retrouvent face à des Madrilènes en place dans leur 4-4-2.

motta-verratti2

Ibrahimovic offre une solution dans le dos des milieux madrilènes, au pressing sur Motta et Verratti.

ibra-lenteur3

Sa lenteur est un problème, puisqu’elle annihile toute possibilité d’attaque rapide : Kroos a le temps de revenir sur les pas du Suédois et le forcer à jouer latéralement vers Aurier (à défaut de pouvoir alerter Cavani ou Di Maria en profondeur). Pas le même match avec Pastore ? 

Un PSG forcé de jouer contre-nature : 

L’organisation madrilène force le PSG à sortir de ses habitudes. Rapidement, les joueurs de la capitale comprennent le piège qui leur est tendu lorsqu’ils combinent dans une même zone trop longtemps. Pour éviter cela, ils multiplient les transversales afin de se défaire de la pression adverse. Mais à la retombée, les destinataires manquent de soutien. A chaque fois, le bloc madrilène se déplace plus vite que le parisien, limitant de fait la possibilité de développer des attaques rapides juste après les changements de jeu.

A défaut de contrôler le ballon, Rafa Benitez a organisé son équipe de manière à maîtriser le rythme de la rencontre. Il a forcé le PSG à jouer à un rythme élevé, sous peine d’être étouffé par le pressing ou de faire face à deux lignes de quatre bien regroupées en phase défensive. Sur ces séquences, les Parisiens ont manqué de vitesse (Ibrahimovic) ou de justesse technique (Di Maria). L’Argentin n’a notamment pas été au niveau qu’on lui connaissait au Real Madrid ou avec l’Argentine pour mener les attaques rapides.

probleme-retombee

Pour déjouer le pressing madrilène, Paris change de zone de jeu plus rapidement… mais le repli adverse arrive avant le soutien au porteur.

psg-transition

A l’inverse d’Ibrahimovic, Di Maria était dangereux lorsque le pressing madrilène était effacé. Sur cette séquence, le Real est en danger.

psg-transition2

Mais la remise de l’Argentin pour Verratti n’est pas bonne, et Casemiro peut récupérer le ballon. Le Real finira même par se créer une occasion.

Paris s’ajuste, le Real recule : 

Après la pause, les débats se rééquilibrent. Le PSG revoit sa circulation de balle et utilise mieux la largeur pour ne pas se laisser enfermer par le « pressing progressif » des Madrilènes. Cela passe par un changement de zone pour Verratti et Motta : au lieu de pencher à droite (avec Verratti axe droit et Motta en sentinelle), les deux Parisiens évoluent beaucoup plus dans l’axe, formant quasiment un double pivot devant Thiago Silva et Marquinhos. Cela complique le pressing du Real Madrid (pas aidé par l’activité de Ronaldo), qui profitait justement de la relation désaxée entre les deux Italiens pour les enfermer sur un côté en début de partie.

motta-verratti1

Sur les phases de relance, Verratti et Motta prennent l’axe ensemble désormais. Matuidi évolue lui un cran plus haut.

motta-verratti2

Cela complique le pressing du Real, qui a moins l’opportunité d’enfermer son adversaire.

Ce repositionnement de Motta et Verratti a aussi des conséquences sur l’animation du PSG. Matuidi se décale côté gauche et accompagne désormais Maxwell dans le couloir. Le duo est soutenu par Motta, à l’origine d’ailleurs de la première première vraie occasion parisienne de la partie en centrant pour Cavani (49e). L’Uruguayen profite lui aussi de l’ajustement puisque la présence de Matuidi sur l’aile lui permet de retrouver une position axiale. Ibrahimovic touche lui le ballon plus haut et trouve des solutions entre les lignes madrilènes (notamment pour une projection de Verratti, 58e) ou renverse à l’opposée sur Aurier ou Di Maria.

Maxwell prend aussi de l’importance dans le jeu en se montrant plus utile dans les petits espaces que Aurier. Bloquée à droite en première mi-temps (zone Verratti), la construction du PSG fonctionne mieux du côté du Brésilien, qui passe de 33 (1ère mi-temps) à 55 ballons touchés (2e mi-temps). Désormais, Paris prépare à gauche pour finir à droite sur les courses d’Aurier (6 centres en 2e mi-temps contre un seul en 1ère).

psg-tierscentral

Bloquée sur le flanc droit en début de partie, la circulation de balle parisienne dans l’entrejeu a plus de solutions à l’opposée.

Le PSG gagne ainsi plus de 10% de possession entre les deux mi-temps, passant de 54 à 66%. Surtout, il perd beaucoup moins de ballons dans son camp (5 contre 10). Pas suffisant toutefois pour inquiéter le Real Madrid qui, à défaut de presser autant qu’avant, reste efficacement défensivement. L’équipe fait bloc dans l’axe et la défense se montre impériale sur les centres adverses grâce à Ramos (4 dégagements), Varane (9) et Danilo (7) au second poteau. L’alignement reste lui aussi parfait avec 3 nouveaux hors-jeux signalés contre les attaquants parisiens.

Coachings : 

Peu après l’heure de jeu, les coachs entrent en scène avec les premiers remplacements. Laurent Blanc dégaine avec un double changement : Pastore et Lucas à la place de Cavani et Di Maria (66e). Le contexte de la rencontre à ce moment du match limite leur apport : le Real ne presse plus autant qu’avant et les transitions offensives sur lesquelles ils auraient pu briller (notamment Pastore) ne sont plus aussi nombreuses qu’en début de match. La sortie de Cavani peut aussi poser question alors que le PSG multiplie les centres depuis la reprise (7 en première, 14 en deuxième mi-temps).

Côté madrilène, Rafa Benitez réplique avec les entrées de Modric à la place d’Isco (69e) et Cheryshev à la place de Jesé (73e). Tactiquement, rien ne change mais l’entrée du Croate apporte de la qualité en soutien de Ronaldo alors que son prédécesseur pesait moins sur le jeu depuis la reprise. Il se retrouve à l’origine de la plus grosse occasion madrilène de la 2ème mi-temps, sur un contre parfaitement mené et conclu par le Portugais, qui manque le cadre de peu (72e). Plus rien à signaler dans le dernier quart d’heure : le Real n’a plus de munitions en contre et Paris ne trouve pas de solution face à la défense adverse.

Conclusion : 

Un match nul au goût amer pour le PSG, qui n’a jamais semblé en mesure de bousculer un Real Madrid amoindri. Le plan de jeu de Benitez, parfaitement exécuté par ses cadres (Ramos, Varane, Marcelo, Kroos…), a mis en lumière les limites du jeu offensif des Parisiens, limité dès qu’ils sont contraints d’aller vite vers l’avant. Même si cela reste à l’état de fiction, on ne peut que se demander ce qu’il serait advenu du plan de jeu madrilène si Pastore avait débuté à la place d’Ibrahimovic. A l’aise dans le jeu de transition, l’Argentin aurait certainement eu plusieurs chances de convertir les ballons sortis par Motta et Verratti sous la pression adverse.

Les choix de Laurent Blanc dans deux semaines seront du coup à scruter de près. Ibrahimovic sera-t-il encore présent dans le XI-type ? Pastore débutera-t-il la rencontre en espérant le même plan de jeu côté Real ? Une certitude toutefois, le Real Madrid sera beaucoup mieux armé offensivement pour sanctionner les Parisiens s’ils venaient à ressortir une première mi-temps du même niveau qu’hier soir. Les retours de blessure (Bale, Benzema, James ?) élèveront d’autant plus la qualité du banc de touche, offrant des solutions de coaching supplémentaires pour Benitez.


Commentaires

Aucun événement